Taïso

Gorin no sho no taïso

Comme pour toute activité sollicitant le corps de manière soutenue ou inhabituelle, il est indispensable de le préparer aux efforts et aux gestes qu’il va devoir accomplir pour limiter les risques de blessure pendant le travail mais, également, pour libérer et améliorer les capacités.

La pratique du Shōrinji Kempō Seïgidō Ryū est conçue pour être à la portée de toutes les morphologies. Il n’est nul besoin d’être fort, souple, rapide… La préparation du corps, appelée Taïso, vise à développer les capacités de chacun dans le respect de ses possibilités. Il ne s’agit donc nullement d’un travail athlétique mais d’une évolution progressive que chaque élève s’approprie selon ses aptitudes pour libérer les articulations et renforcer la densité musculaire.

Si chaque discipline attend, normalement, une préparation physique qui lui soit spécifique, cette préparation n’est pas sensée être déconnectée de son environnement : on ne peut pas se permettre le même travail sous les tropiques ou au cercle polaire. Dans la même idée, le corps ne se sollicite pas de la même manière en hiver qu’en été.

Chaque pratiquant a des prédispositions ou des qualités physiques différentes. S’il ne s’agit pas de les négliger, il convient néanmoins d’orienter la préparation pour favoriser les compétences physiques qui facilitent la pratique. Et si l’on examine ce qui prédomine, on trouve l’agilité, la stabilité et la vivacité.

Pour répondre à ces conditions, le Taïso a été centré sur les principes du yoga postural et fait alterner des exercices souples et maîtrisés aux phases rapides ou intenses. Le Taïso s’appuie également sur les concepts de la médecine orientale qui associe les différents rythmes et organes du corps aux cinq saisons et aux cinq éléments correspondants (il y a une cinquième saison liée à l’élément terre qui fait la liaison entre les 4 autres).

Dans le cadre de ces principes, des enchaînements, des kata, ont été élaborés selon la nature des saisons et dans la logique des états corporels. Ces kata répondent donc aux capacités et la sensibilité du corps selon l’environnement saisonnier en reposant sur des postures de yoga adéquates et des rythmes respiratoires. Ils permettent ainsi d’optimiser le travail et de ne pas mettre l’organisme en souffrance.

On obtient ainsi 4 kata pour chacune des 5 saisons. L’hiver (eau : mizu) sera propice au travail musculaire alors qu’au printemps (bois : ki), c’est le travail ostéo-articulaire en position haute, équilibre et ouverture du corps sur lequel sera mis l’accent.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les kata de Terre (chi) sont à part. Ils sont utilisés à la reprise de l’activité ou à tout moment pour une mise en condition rapide du corps. Les autres sont composés pour 2/3 du temps de postures de la saison en cours et d’1/3 du temps de la saison opposée (été/ hiver, printemps/automne). On obtient un panel complet et équilibré d’enchaînements sur lesquels la pratique peut se construire.

Le Taïso est la seule phase quasi-incontournable d’un cours. Les autres sont travaillées selon des fréquences choisies par le professeur selon les objectifs qu’il fixe pour le déroulement du cours.

Vers « Le cours »

Publicités